La Méditerranée au centre de différends dangereux

Creato: 01 Aprile 2021 Ultima modifica: 17 Aprile 2021
Scritto da Gaetano Fontana-+ Visite: 223

Adapté de D-M-D'16 [IT][EN]

Ce texte a été traduit automatiquement par deepl.com

Ces derniers mois, la zone méditerranéenne a été au centre de dangereuses tensions régionales et internationales. La Libye continue d'être divisée à l'intérieur par des forces extérieures, en Syrie les élites politiques et militaires semblent de plus en plus affaiblies, et toutes deux sont clairement loin de trouver des solutions pacifiques.

Afin de clarifier le scénario qui se dessine dans ce domaine, dont il convient de rappeler qu'il est en pleine évolution, il est utile d'évaluer la dynamique des différentspuzzle med acteurs et les intérêts opposés en jeu.

Le 15 septembre 2020, le traité de paix "De la paix à la prospérité", fortement souhaité par Donald Trump pour sceller son mandat présidentiel, est officialisé. La "Pax Americana", telle que la définissait le Donald, qui envisageait la normalisation des relations entre Israël, les Emirats arabes et le Bahreïn, pouvait en fait se justifier par l'annexion par Israël de 132 colonies en Cisjordanie. Le "deal du siècle" s'inscrit dans la continuité de la politique étrangère américaine initiée par Trump en février 2017 avec la rencontre officielle à la Maison Blanche avec le Premier ministre israélien Netanyahu et poursuivie avec le déménagement de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem en décembre 2017 et la reconnaissance du plateau du Golan comme territoire israélien en mars 2019.

Cependant, le plan de l'ancien président américain Trump sous-tend un projet stratégique plus large. Grâce au renforcement des relations avec les alliés historiques des Etats-Unis, à savoir Israël et l'Arabie Saoudite, l'administration américaine entend poursuivre l'objectif de scinder le front arabe et de créer un contexte régional qui servirait de bouclier militaire contre les ennemis des Etats-Unis et de leurs alliés israéliens, dans une sorte de rappel à l'Alliance stratégique du Moyen-Orient" dite "OTAN arabe" dans laquelle seraient incluses les riches monarchies du Golfe. Cela permettrait de "fermer le cercle de plus de 70 ans d'alliances ironiques américaines au Moyen-Orient, l'une avec l'État juif et l'autre avec la maison royale saoudienne, forgées par Roosevelt en 1945 avant même la fin de la Seconde Guerre mondiale"[i].

Le contexte dans lequel ce type d'OTAN arabe opère ne se limite pas au contrôle du Moyen-Orient, mais répond à la nécessité pour les États-Unis d'élargir la perspective à l'Afrique de l'Est et au quadrant indo-pacifique dans l'espoir de créer un seul bloc d'États (incluant les pays du Golfe et l'Inde) pour une sauvegarde partagée contre les menaces communes de l'Iran, de la Russie et de la Chine.

La Chine est en effet le nouvel acteur qui apparaît dans le paysage du Moyen-Orient. En fait, dès 2017, Pékin a signé avec Fayez Serraj un protocole d'accord pour rejoindre la nouvelle route de la soie. L'initiative "Ceinture et route" reste un objectif stratégique majeur pour le gouvernement chinois, l'afflux de marchandises chinoises en Europe dépendra de ce projet, et de sa réalisation dépend en grande partie le succès politique de Xi Jimping. Alors que le corridor terrestre de la route de la soie passe par l'Iran et la Turquie, le corridor maritime place les pays du Golfe au centre du projet, ce qui a conduit Pékin à faire des investissements importants ces dernières années dans ce domaine. De plus, "l'expansion économique des vingt dernières années a accru de manière exponentielle la dépendance de la Chine à l'égard des importations de pétrole et de gaz naturel, la portant respectivement à 69,8% et 45,3% de ses besoins. Ainsi, d'une zone marginale du monde, le Moyen-Orient est devenu une zone centrale dans les stratégies de Pékin depuis 2008. Le document qui guide toujours la politique de la Chine au Moyen-Orient est le document de politique arabe de la Chine, qui remonte à 2016" [ii].

Le fait que le Moyen-Orient joue un rôle important pour la Chine est également évident au vu des investissements qui ont atteint 242 milliards de dollars entre 2005 et 2020, et des échanges commerciaux avec les pays arabes qui se sont élevés à 317 milliards de dollars en 2019.

Bien que l'interventionnisme politique de Pékin au Moyen-Orient reste discret, il ne l'a pas empêché de signer un accord de partenariat stratégique commercial et militaire avec l'Iran, qui verrait Pékin investir 400 milliards de dollars sur 25 ans. Dans un article paru dans "The New York Times" le 11 juillet 2020, Farnaz Fassihi et Steven Lee Myers indiquent dans le "document de partenariat" comment la coopération militaire entre les deux pays constituerait un ancrage militaire pour la République populaire dans un domaine qui a toujours été une priorité stratégique pour les États-Unis. La Chine a déjà construit une série de ports créant une ligne de connexion entre la mer de Chine méridionale et le canal de Suez, et bien que de nature commerciale, rien n'empêche ces ports d'avoir une fonction militaire.

Après tout, la Chine a inauguré en 2017 la "base de soutien stratégique" à Djibouti, qui, bien que formellement créée pour soutenir les activités de lutte contre la piraterie et de maintien de la paix, joue un rôle stratégique en tant qu'avant-poste pour protéger les intérêts étrangers chinois, comme le prévoit le "Livre blanc" dans la section "Stratégie militaire de la Chine" de 2015. Les investissements dans des infrastructures telles que la ligne de chemin de fer reliant Djibouti à l'Éthiopie montrent également comment ces opérations s'inscrivent à la fois dans un cadre de développement économique et de sécurité stratégique.

Mais la Russie ne regarde pas

Dans l'arène géopolitique du Moyen-Orient, la Russie s'est hissée au rang d'acteur principal grâce à son intervention dans le conflit syrien en 2011. Commençant par une violente répression d'Assad contre les franges des opposants, ce conflit s'est transformé en guerre civile, jusqu'à ce qu'il prenne une importance internationale.

Dans ce contexte, les Etats-Unis, l'Angleterre, la France et la Turquie ont soutenu les rebelles tandis que de l'autre côté, la Russie, l'Iran et le Hezbollah ont soutenu le régime d'Assad. La Turquie va alors changer de stratégie en passant du côté de la Russie également favorable à Assad et surtout pour contenir les milices kurdes, probablement alliées du PKK.

L'avènement du printemps arabe et la réduction progressive des effectifs américains favorisent la croissance d'acteurs locaux qui brassent les cartes en jeu, créant ainsi les conditions pour que ce qui reste de l'ex-Union soviétique reprenne un rôle pertinent, en récupérant le concept de "derzhavnost", le "statut de superpuissance", pour être reconnu comme égal aux autres puissances mondiales.

La Russie, suite à une demande formelle d'Assad en 2015, participe activement au conflit, en se référant à un ancien accord bilatéral signé en 1980, dans le respect du droit international. Le talent diplomatique de Poutine à cette occasion a fait que la fédération russe est passée d'interventionniste à défenseur des droits syriens au nom de la lutte contre le terrorisme. En scellant une alliance solide remontant à 1971, lorsque Hafez al-Assad, père de Bachar, était au pouvoir en Syrie, le président actuel, en plus de démontrer qu'il est prêt à soutenir ses alliés même sans l'approbation de la puissance américaine, vise à défendre les onze positions de sa base navale de Tartous, et réaffirme en même temps son retour sur la scène internationale.

Depuis quelques années, une question épineuse met à l'épreuve les compétences diplomatiques de Poutine. La province syrienne d'Idlib est devenue une zone de refuge pour les groupes d'opposition expulsés de Syrie, ainsi qu'un lieu de concentration pour les guérillas caucasiennes anti-russes. C'est d'Idlib que partent les véhicules téléguidés en direction de la base russe de Humaymim. Il est clair que Poutine n'a pas l'intention de se retirer de la Syrie sans résoudre ce problème, en concluant pour l'instant un accord de coopération avec la Turquie d'Erdogan.

Une nouvelle démonstration de cette sensibilité stratégique particulière que la Russie donne actuellement une fois de plus en Méditerranée, où elle se propose, par l'intermédiaire du ministre des affaires étrangères Lavrov, d'être le médiateur d'épineuses divergences. Déjà en Syrie, Poutine avait expérimenté une nouvelle manœuvre diplomatique, jouant sur les divergences structurelles entre Turcs, Iraniens et Israéliens. Dans la zone méditerranéenne où les intérêts russes sont directement affectés en tant qu'exportateurs de gaz, qui pourrait voir sa position réduite après la découverte de grands gisements en mer Noire, Moscou tente de s'insérer entre les divergences créées entre l'OTAN et la Turquie, tissant avec cette dernière une relation géopolitique stratégique le long de la ligne de front mer Noire-mer d'Arabie.

"Qui dois-je appeler si je veux parler à l'Europe ?", telle était la question provocatrice posée par Henry Kissinger pour souligner l'absence de ligne de politique étrangère convergente sur le vieux continent.

L'Europe, poursuit l'ancien secrétaire d'État américain, a la capacité de devenir une superpuissance, mais elle n'a ni l'organisation ni l'idée d'en devenir une. C'est un défi pour le concept de l'Europe".

Cette dichotomie correspond à deux conceptions différentes des relations internationales, des divergences qui entravent un projet commun en matière de politique étrangère et qui donnent un sens à la question provocatrice de Kissinger.

L'Union européenne a traversé et partiellement surmonté d'importants défis ces dernières années, la gestion des migrants, une crise économique et financière sans précédent, le Brexit, mais le saut quantique vers la réalité politique semble encore loin.

Lorsqu'en décembre 2019, Ursula von der Leyen a formé la "Commission géopolitique", l'objectif était de doter l'Union européenne d'une commission chargée de promouvoir une stratégie commune pour une politique étrangère d'importance internationale, grâce également à la création de la tant attendue "Direction générale de l'industrie de la défense et de l'espace (DG Defis)" en tant que structure autonome. Mais avec la Méditerranée qui devient de plus en plus une poudrière, cette commission semble avoir été éclipsée.

Les premiers signes de cette impuissance sont apparus à l'occasion du raid américain pour l'assassinat du général iranien Qassem Suleimani, qui a eu lieu le 3 janvier 2020, déclenchant une nouvelle escalade de la violence dans la région. La "Commission géopolitique" s'est exprimée publiquement seulement trois jours après l'événement, laissant ainsi la place à des interventions diplomatiques de la France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni (en pleine phase de Brexit).

Mais cette attitude n'est pas le fruit du hasard, elle est l'enfant d'une "autoreprésentation de l'UE comme un pouvoir de droit dépourvu de tout instrument coercitif capable de faire respecter sa conception purement normative des relations internationales". Un malentendu qui a grandi dans l'ombre de la protection militaire et géostratégique des États-Unis, s'est progressivement érodé depuis 1989 et est maintenant, d'une certaine manière, ouvert à la discussion"[iii].

Enfin et surtout .

Nous avons laissé la Turquie pour la fin, non pas parce qu'elle est un acteur moins important, mais précisément parce qu'elle joue un rôle de premier plan au Moyen-Orient, en essayant de se tailler une place de premier plan chez son voisin étranger.

"L'empire byzantin est resté en contact avec les autres grands empires du globe : du persan au chinois, en passant par l'empire Kushana, l'empire Gupta, le royaume du Gandhara, l'empire tolérant des Seldjoukides, l'immense empire mongol pacifique. Et compte tenu de la position naturelle de l'État byzantin, gardien des deux orbites géopolitiques de l'Asie et de la Méditerranée, il n'y a pas de phase de l'histoire médiévale où, pour comprendre ce qui se passait en Europe, il ne faut pas observer ce qui passait par les deux grandes portes qui délimitaient le territoire sans limites de Byzance : celle qui s'ouvrait au nord-est sur l'Asie centrale et surtout celle qui s'ouvrait au sud-est, par la Mésopotamie, sur le grand Orient indo-iranien". [iv]

La splendide description de Silvia Ronchey nous donne l'image d'une identité turque qui s'enracine dans un fort sentiment de patrie et d'un peuple tout sauf modeste qui se sent consacré sur l'autel de l'Empire ottoman, ce qui nous aide à comprendre l'esprit avec lequel le sultanat de Recep Erdogàn s'inscrit dans le gouffre géopolitique qui s'est ouvert au sud de la Méditerranée, où se produit la décomposition de la Libye.

Ce qui s'est passé entre mai et juin 2020 entre le port de Gabès en Tunisie et le port libyen de Misurata, même si ce n'était qu'un incident, donne l'occasion de mesurer l'importance que la Turquie accorde à cette zone géographique. La chronique relate la présence dans la région du navire marchand turc Çirkin, escorté par trois navires militaires turcs, qui, entre le 19 et le 24 mai, après avoir quitté les eaux territoriales du pays d'origine, le système de localisation automatique étant désactivé pour éviter d'être localisé, a atteint Misurata pour décharger du matériel de guerre et partir, bien que le convoi ait été repéré au sud de la Crète par un véhicule militaire français et ait refusé d'être contrôlé. La même chose s'est produite les 7 et 10 juin, dans ce cas la frégate grecque Spetsai n'a pas pu effectuer de contrôles en raison de la présence de navires militaires turcs. Des navires français et grecs opèrent dans la zone pour le compte de l'Alliance atlantique, conformément à l'embargo sur les armes imposé à la Libye. Dans les deux cas, ils ont omis d'intervenir après avoir enregistré une attitude ouvertement hostile de la part des Turcs afin d'éviter un affrontement armé. Lors d'une réunion d'urgence de l'OTAN sur la défense après l'incident, les États-Unis et la Grande-Bretagne se sont rangés du côté de la Turquie.

Voyons ce qui pousse la Turquie dans ces eaux agitées.

"Mavi Vatan", la patrie bleue. Le terme a été inventé en 2006 par l'amiral Gurdeniz, indiquant les intérêts stratégiques de la Turquie dans les eaux territoriales intérieures et dans la ZEE la zone territoriale exclusive, projetant l'avenir de la patrie en mer, et qui en perspective ira au-delà de la présidence d'Erdogan. Dans le projet turc, il est prévu que de Chypre à Kastellorizo, des navires de guerre accompagneront l'exploration des ressources énergétiques offshore, remettant en cause les zones de souveraineté maritime en Méditerranée, celles où de grandes entreprises comme Total, Eni et Exxon forent. Bien sûr, les enjeux ne laissent pas indifférents les acteurs locaux comme l'Égypte, Israël ou Chypre, ce qui rend la confrontation encore plus amère.

La Turquie sur le front libyen.

Après la chute du régime du maréchal Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye a connu une série interminable d'affrontements armés et de chaos administratif, se retrouvant après une dizaine d'années dans une guerre civile perpétuelle, qui voit la Libye elle-même essentiellement divisée en deux fronts : d'une part Tripoli qui est le siège du GNA acronyme de Gouvernement d'Accord National dirigé par Fayez al-Serraj reconnu par la communauté internationale pour contrôler la Tripolitaine, d'autre part la Cyrénaïque contrôlée par la LNA l'Armée Nationale Libyenne du Général Haftar, soutenue par les EAU, l'Egypte et la Russie.

Dans ce contexte, fin 2019, sous la pression de la crise pressante, Al Serraj et le président turc Erdogan ont signé le protocole d'accord. "Elle prévoyait un double échange : d'une part, l'acceptation par la Libye d'une zone maritime exploitable en termes de ressources naturelles, dans le cadre des zones économiques dites exclusives (Eez). L'autre partie de l'accord sanctionnait une intervention militaire immédiate de la Turquie si la GNA l'avait demandé. Ce qui est effectivement arrivé"[v].

Ankara est consciente qu'elle joue un jeu important dans ce quadrant, le développement de la "patrie bleue" dans les plans du sultan soutiendra les plans hégémoniques et de leadership de la nouvelle Turquie, la projetant au-delà de ses limites traditionnelles d'influence, l'aidant à surmonter son isolement régional, suggérant ainsi que la présence turque en Libye n'est pas une chose improvisée.

Cet état de fait, est le reflet de l'évolution des compétitions stratégiques. La stratégie américaine expliquée en 2017 dans la "National Secutity Strategy of the United State of America", a souligné comment les priorités américaines sont devenues l'endiguement de l'axe russo-chinois, désengageant le front du Moyen-Orient, laissant ainsi une marge de manœuvre aux puissances régionales.

Les guerres civiles en Syrie et en Libye ont accentué la concurrence entre les puissances régionales, transformant cette zone en un théâtre de forte instabilité perçue par la Turquie comme une menace, accentuée par le fait que ce bassin pourrait devenir le troisième plus grand pour le volume des réserves de gaz dans le monde.

Il n'est pas facile de comprendre jusqu'où la Turquie entend aller, notamment parce que le désir de son sultan de devenir une puissance impériale est contré par le manque de ressources disponibles pour y parvenir, compte tenu de la crise économique et financière qui l'afflige, même si, à part la Russie, aucun autre rival supérieur n'est perçu sous ces latitudes.

Les plans d'Ankara comprennent probablement l'axe européen pour avancer dans les Balkans adriatiques, et plus probablement encore la création de la "Patrie bleue" mentionnée ci-dessus, qui ouvre une stratégie maritime touchant des intérêts allant de la mer Noire à la Méditerranée orientale, en touchant des territoires qui sont également importants pour le commerce et la sécurité italiens. On peut comprendre que dans ce contexte, l'Italie puisse jouer un rôle important, au moins d'un point de vue géographique, étant donné que la politique étrangère est désormais reléguée à une affaire pour les autres.

En Méditerranée se joue un jeu très délicat, qui implique également plusieurs pays militairement, tant pour l'appropriation de riches gisements d'hydrocarbures, que pour la défense de l'espace géopolitique de chacun. Les relations entre Paris et Ankara sont à leur plus bas niveau historique, ainsi que celles entre la Grèce et la Turquie, tout cela fait de ce qui était autrefois la jument nostrum une véritable poudrière, les grandes manœuvres en Méditerranée orientale ne font que commencer, et aucun des joueurs ne semble vouloir laisser le champ libre à l'autre. Comme on pouvait s'y attendre, cette crise d'époque, aggravée par la pandémie de Covid 19, met en évidence tous les aspects critiques du système capitaliste à l'ère de la guerre impérialiste permanente, et toute étincelle peut être la bonne pour déclencher le "piège à thucydide".

[i]      Alberto Negri : La paix du Cheikh Trump, le manifeste du 16 août 2020.

[ii]     Voir les thérapies géopolitiques de Corrado Cok publiées dans Babilon le 20 octobre 2020.

[iii]   L'Europe qui ?" de Fabrizio Maronta dans Limes, janvier 2020.

[iv]    Silvia Ronchey dans l'essai introductif du "Bouddha byzantin" de Jean François Boissonade.

[v]          Federica Fasini Fasanotti, l'équilibre géopolitique de la Libye. Dans "Enlarged Mediterranean", septembre 2020, publié par l'Institute for International Policy Studies.